80x120

Le Vésinet Jazz Métis Festival : demandez le programme !

Cette 7ème édition du Vésinet Jazz Métis Festival est consacrée aux artistes qui s’emparent avec intensité des racines populaires du Jazz. Ces racines viennent souvent du cœur de l’Afrique, de l’Europe centrale et aussi de l’Amérique. Toutes ces musiques sont le résultat des migrations des populations, de ces déplacements trop souvent forcés par la misère, les pouvoirs, les désirs de conquête et l’exploitation des hommes par les autres.
Ces quelques concerts rendent hommage à toute les générations de musiciens qui ont laissé une partie de leurs âmes dans ces compositions reprises par ces artistes hors-pair accueillis au Vésinet cette année.

 

lundi 14 mai à 20h30 [ au Cinéma Jean Marais ]

Kuzola, le chant des racines : AVANT-PREMIÈRE en présence du réalisateur Hugo Bachelet

Pour l’enregistrement de son nouvel album, la chanteuse d’origine angolaise Lúcia de Carvalho entreprend un voyage à travers le monde lusophone (Portugal, Brésil, Angola). Mais ce projet de disque est avant tout l’occasion d’une aventure personnelle pour Lúcia, un pélerinage sur les traces d’une identité morcelée, à la recherche de ses racines. Sous l’œil du réalisateur Hugo Bachelet, l’artiste strasbourgeoise d’adoption livre un parcours sincère et touchant, exemple rayonnant de métissage culturel heureux.


mardi 15 mai à 21h

Jean-Pierre Bertrand est l’infatigable et enthousiaste propagateur du piano boogie. Il est à l’origine du « revival » du boogie woogie en France, contribuant très largement à sa promotion, jusqu’à Cincinnati, Taiwan, au Pôle Nord sur la banquise et bientôt au Vésinet. Son style est basé sur l’improvisation de blues et de reprise de standards du jazz qu’il adapte de façon très personnelle sans jamais perdre le swing, fil rouge de cette musique. C’est lors d’un concert à Saint-Germain-en-Laye du grand Memphis Slim que Jean-Pierre Bertrand a découvert le boogie woogie.

Tarif 16€, adhérent jazz club de la Boucle 11 €

Réserver en ligne

mercredi 16 mai à 21h

John Scofield multiplie les projets et les collaborations musicales depuis ses débuts. C’est Miles Davis, dans les années 80 qui le révéla. En l’accompagnant, Scofield signa les discrètes mais vigoureuses partitions de guitare du plus inventif des jazzmen. Il accompagne depuis les différentes mutations du jazz et s’offre le luxe d’en initier certaines. Récompensé d’un Grammy Award en 2016 pour le Meilleur album Jazz Instrumental, c’est sur scène que sa musique prend toute sa dimension, un beau mélange de blues et de jazz. Avec Country For Old Men, Scofield s’engage dans un nouveau territoire musical, celui de la musique country et des chansons traditionnelles américaines.

Tarifs de 17 à 35 €, jeune 15 €, pass 3 concerts de 39 à 70 €

Réserver en ligne

jeudi 17 mai à 21h

à travers son album abuC, Roberto Fonseca retrace l’histoire musicale de la Havane, façonnée par de multiples influences venues tout droit d’Afrique et des courants jazz. Dès le titre Roberto Fonseca annonce la couleur. Tout comme il inverse les lettre du nom de « CUBA » pour nommer son album, il mélange dans un voyage musical chatoyant toutes les musiques cubaines au long des quatorze plages. En effet le pianiste mêle les rythmes et les sons. Il inscrit de la modernité au sein de la tradition musicale cubaine.

Tarifs de 17 à 35 €, jeune 15 €, pass 3 concerts de 39 à 70 €

Réserver en ligne

vendredi 18 mai à 21h

Une voix, deux guitares, une contrebasse, une clarinette et voilà les Latché Swing lâchés dans le vivant univers du Jazz Manouche.
Après avoir revisité les grands maîtres Django et Grappelli, ils interprètent maintenant leurs propres créations Swing. Impossible de ne pas taper du pied sur ce Swing d’où s’envolent d’élégantes mélodies mêlées de mots joliment frondeurs. Sur scène, dès les premières notes, une alchimie s’opère et public et musiciens ne se donnent plus alors qu’en partage. Que du plaisir.

Les Doigts de l’Homme nous proposent un voyage nourri d’influences du Burkina Faso et des Balkans, en passant par les musiques celtiques ou latines, ainsi que la guitare jazz-rock des années 70, la mélodie française… Les arrangements, le son des guitares manouches lui permette d’être précurseur d’un style bien défini et singulier.

Tarifs de 13 à 27 €, jeune 15 €, pass 3 concerts de 39 à 70 €

Réserver en ligne