Catégorie | Théâtre

RSS feed for this section

Edmond – samedi 30 septembre à 20h45 et dimanche 1er octobre à 17h [théâtre]

Les deux séances de ce spectacles sont complètes.
Après Le Porteur d’Histoire et Le Cercle des illusionnistes, Alexis Michalik, l’auteur et metteur en scène aux huit Molières, nous raconte la triomphale et mythique première de Cyrano de Bergerac. Avec ses douze comédiens sur scène, Edmond rappelle les grandes épopées théâtrales du XIXème siècle. Tableaux qui s’enchaînent, écriture rythmée et interprétation à cent à l’heure nous offrent un grand écart dans le temps. Jubilatoire !

La Louve de Daniel Colas – jeudi 12 octobre à 20h45 [théâtre]

1515, avant la bataille de Marignan, François d’Angoulême devient roi de France. Il aura fallu la ferme intervention de sa mère Louise de Savoie – la Louve – pour que son fils accède au trône malgré un passé tumultueux. Un cours d’Histoire accéléré dans les alcôves de la cour, où les petites histoires fondent l’Histoire.

Les fables – jeudi 19 octobre à 20h30 [théâtre jeune public]

Un journal, un carton ou un sac en plastique, au beau milieu des déchets qui envahissent la scène surgit une galerie cocasse et étonnante où chaque personnage cache un animal et chaque animal… un homme. Revisiter quinze Fables de La Fontaine à la lumière de notre société a quelque chose de piquant, que la compagnie Tàbola Rassa a parfaitement saisi. Elle nous propose une interprétation brillante de ces textes pour certains méconnus, mais aussi une subtile critique de l’ingratitude de l’homme envers la nature et les animaux. Un prodigieux spectacle dans lequel les fables résonnent comme les vestiges d’un temps révolu, où les hommes et les animaux étaient si proches que l’on pouvait les confondre.

De la démocratie – vendredi 10 novembre à 20h45 [théâtre]

L’adaptation et la mise en scène de Laurent Gutmann du Prince de Machiavel avaient enthousiasmé le public. Il nous entraîne cette fois-ci dans une nouvelle création qui interroge les vertus et valeurs de la démocratie à partir du texte d’Alexis de Tocqueville, plus actuel que jamais. Comédiens, techniciens et metteur en scène tentent de répondre à cette question à travers leurs relations. À chaque moment, la démocratie – et le regard que Tocqueville porte sur elle – sera donc à la fois le sujet de leur spectacle et l’enjeu de leur travail. Au moment où les sociétés démocratiques européennes doutent d’elles-mêmes, de leur universalité et de leurs valeurs, Laurent Gutmann met à la portée de tous un texte philosophique majeur, sublimé par une scénographie inattendue.